Jusqu'à nos jours
Depuis le commencement
  • 1993 - 1994
    historique1

    Les pionniers du début de l'AsPeCaF

    L’idée d’une association professionnelle de cathétérisme cardiaque a germée en 1993 dans la tête de 3 personnes : Gratia MusanaberaMarie Komorowski-Braun et Pierre Doneux. Au cours d’une rencontre organisée par une firme pharmaceutique, ces trois pionners imaginent une association regroupant les professionnels du cathétérisme cardiaque. Ils se réunissent donc et mettent sur pied ce qui sera l’ébauche de l’AsPeCaF. Pour élargir la base de 3 personnes, ils décident d’aller à la rencontre des autres professionnels travaillants en salles de cathétérismes et organisent en 1994, 4 réunions d’information sur le rôle infirmier en cathétérisme cardiaque dans quatre cliniques différentes : la clinique Saint-Pierre à Ottignies, le CHR de la Citadelle à Liège, le CHL à Luxembourg-ville et les cliniques Saint-Luc à Woluwé. Ces réunions étaient une soirée d’échange dans le but de sensibiliser le personnel à notre rôle propre.

  • 1995

    Premiers pas et tentative d'association belge

    En 1995, le groupe – qui n’a pas encore de statut officiel – organise une première journée scientifique de l’AsPeCaF au Centre Hospitalier de Luxembourg. A la fin de l’année, Thierry Leblois, rejoint le mouvement, coordonne le groupe et prend des contacts avec les collègues flamands pour pour créer une association belge. Au Nord de la Belgique, le VCV regroupe les infirmiers des centres de cathétérisme néerlandophones, et existe déjà depuis 1987 ! Malheureusement, les pourparlers pour créer cette association unique pour le pays n’aboutiront pas…

  • 1995 - 1996

    Une seconde journée, mais toujours pas de statut

    Toujours sans statut officiel, l’association organise en 1996 sa deuxième journée scientifique aux cliniques Universitaires Saint-Luc à Woluwé-Saint-Lambert (Bruxelles). Cette incertitude juridique de notre association est dangereuse, car sans statut, les organisateurs pourraient être poursuivis individuellement en cas d’accident pendant nos manifestations…

  • 1997
    aspecaf

    Officialisation comme asbl, et un premier logo

    Les démarches entamées en 1996 pour créer une association unique pour le territoire belge ayant échouées, l’association va se créer uniquement uniquement sur base des centres francophones. Nous conservons l’ouverture vers le Grand-Duché de Luxembourg que nous avions depuis les premières rencontres. Sophie Latinis écrit les premiers statuts de notre association et organise leur publications au Moniteur Belge. Marie et Sophie (déjà citées) sont rejointes par Marc Brisaer, Marie-Madeleine Capelle, Charline Collet et André Michiels. Notre association est officielle depuis le 29 mai 1997. Pour marquer le passage comme asbl, l’association se dote d’un logo. Il est la juxtaposition d’une image de l’anatomie du coeur, d’une courbe de pression ventriculaire, d’une courbe de pression aortique et d’un ballon de dilatation coronaire. Le tout surmonte le nom de l’association inscrit en lettres capitales. Le logo est présenté lors de la 3ème journée scientifique à Gilly.

  • 1998

    Une brochure et une ouverture vers les cathlab's de France

    L’ouverture vers les autres pays de la francophonie, voulue depuis les débuts de l’association, se marque particulièrement en 1998.Nous accueillerons lors de notre journée scientifique à Liège, un orateur Parisien, un autre de Luxembourg, et même un orateur venant d’un centre flamand.Le bouche-à-oreille et les rencontres des membres du comité dans des congrès internationaux permettent à l’association de prendre son essor.
    La même année, l’association publie avec l’aide de partenaires commerciaux et la collaboration de 7 centres membres de l’association, une brochure diffusée en 3 langues (français /néérlandais / italien) dans les centres partenaires. Cette brochure est présentée par Nadine Colin lors de notre journée scientifique. Plus tard, cette brochure a été également traduite en turc et était disponible sur le site internet de l’association. Des projets de traduction en allemand, grec, et arabe ont existé. Encore aujourd’hui – et même si la technique a fort évolué et cette brochure est devenue désuète – la salle de cathé de l’UCL Saint-Luc publie une adaptation de notre brochure sur son site d’éducation du patient.

  • 1999-2000

    Un congrès par an

    Le rythme est trouvé, la machine bien lancée, l’association organise un congrès chaque année, et change de ville et de centre organisateur à chaque fois. L’occasion de se retrouver entre collègues et à chaque fois d’échanger et de se former, dans un cadre différent. La journée scientifique de 1999 se déroule à Mont-Godinne à Yvoir, celle de l’an 2000 à l’hôpital Erasme d’Anderlecht.

  • 2001

    Un site internet

    Alors que nos convocations, inscriptions, et tous nos actes administratifs s’effectuent encore par courrier postal et par fax, l’association se dote de son premier site internet. Le réseau est encore débutant, mais notre association est présente, avec un site à l’adresse aspecaf.com piloté par André.

  • 2002

    Maintien de la présence française dans nos manifestations

    Lors de notre 8ème Journée Scientifique en 2002, qui est organisée par l’hôpital de Jolimont à Haine-Saint-Paul, on continue de remarquer, à côté des orateurs belges, la présence d’orateurs internationaux (France et Grand-Duché de Luxembourg). A l’époque, les congrès internationaux sont orientés vers les corps médical et n’ont pas de sessions spécifiques pour les infirmiers et techniciens. L’AsPeCaF apporte modestement une plus-value à ces grands congrès en présentant à la fois des sujets purement orientés vers les paramédicaux (sujets d’éthique, d’organisation du travail, problématiques d’éducation du patient,…), mais également des sujets d’actualité médicale, présentés par des orateurs venant de plusieurs centres. Le multi-centrisme, la neutralité et un programme en français sont inscrits au coeur de notre construction de programme.

  • 2003
    Site2003-1024x883

    Le dixième anniversaire

    En 2003, l’association fête son dixième anniversaire… Alors qu’officiellement l’association n’a alors que 7 ans, nous marquons clairement nos années passées dans l’informel comme faisant partie de notre histoire et c’est bel et bien une décennie qui s’est écoulée ! L’association rafraichit alors son site internet, qui n’avait plus évolué depuis quelques années. Elle modifie son logo pour le rendre animé et intégré à son nouveau site, tout en gardant son ancien logo pour les affichages statiques.
    Pour clôturer cette dixième année, l’AsPeCaF retourne sur le lieu qui, huit ans plus tôt, avait accueilli sa première journée scientifique : Luxembourg.

  • 2004 - 2007

    Changements législatifs, diminution de fréquentation et essoufflement

    En 2004, de nouvelles lois paraissent en Belgique en modifiant profondément le monde du cathétérisme cardiaque en Belgique : Plusieurs salles de cathétérisme perdent leur agrément cardiaque vasculaire et ne font plus que du cathétérisme périphérique ou du cathétérisme cardiaque éléctrophysiologique. Certains hôpitaux doivent même fermer leurs salles. Cela diminue drastiquement le nombre de personnes travaillant dans ces centres, et donc la fréquentation de nos journées scientifiques. Parallèlement, le comité de l’AsPeCaF s’essouffle. La machine est bien rodée, mais la motivation des débuts ne trouve pas son renouveau, minée par les fermetures de cathlab et la diminution de fréquentation de nos activités. Une dernière mise à jour du site internet a lieu fin 2004, puis le site tombe en désuétude. Après le CHU de Liège en 2004, Ste-Elisabeth Namur en 2005, Arlon en 2006, la journée de 2007 organisée à Brugmann voit un taux de participation inférieur à 40 personnes. C’est la plus faible participation jamais enregistrée par l’association.


  • 2008-2009
    logo-aspecaf-retina

    Un nouveau souffle

    En 2008, le centre organisateur est la Clinique Saint-Jean. Pour la première fois, c’est une équipe entière qui rejoint le comité de l’association pour organiser la journée dans son centre : Vanessa Mahieu, Barbara Lask, Xavier Preud’homme, Florence Dejaeghere, Kristel Jansens, Catherine Bouvy, Katinka Van Gils, Catherine Poncelet, Lise-Marie Albin, et John De Schutter font partie de l’aventure. Ces trois dernières personnes resteront d’ailleurs dans le comité après l’organisation de la journée dans leur centre.
    Cet afflux de sang neuf apporte de nouvelles idées dans l’organisation de la journée et le fonctionnement du comité. La première idée est la réalisation d’une affiche pour faire la promotion du congrès. Cette idée est mise en place dés 2008. A l’occasion de la 15ème journée au CHR Citadelle à Liège en 2009, l’association présente son nouveau logo qu’elle a mis deux ans à peaufiner. Le changement de logo ne constitue pas une rupture avec l’ancien : il s’en inspire et garde l’idée principale : une courbe se transformant en ballon de dilatation. Cependant il présente quelques adaptations : Le coeur est stylisé, la courbe de pression est remplacée par une courbe d’ECG – plus facilement reconnaissable par le grand public – et une sonde d’électrophysiologie apparait dans le logo. Le nouveau logo est présenté à tous les membres de l’association imprimé sur un sac en toile.
    Parallèlement, le site internet renait de ses cendres, mais doit changer d’adresse (www.aspecaf.eu). L’association lance les inscriptions pour ses activités en ligne sur son site. Pour la première fois, les inscriptions ne sont plus faites par fax et le traitement des invitations est automatisé.

  • 2010

    Début des tables rondes et un afflux de sang neuf dans le comité

    En 2010, le travail de préparation de notre journée annuelle est grandement facilité par le développement d’une partie interne au site internet, à l’usage des membres du comité. Mais d’autres nouveautés apparaissent également sur la partie publique du site, comme l’apparition d’un agenda et d’un forum. Pour la seconde fois, c’est une équipe entière qui rejoint le comité de l’association pour organiser la journée dans son centre. En effet, le site Sainte-Elisabeth des Cliniques de l’Europe nous accueille cette année et Dominique Browaeys, Laïla Iskandar, Stéphanie Verstraeten, Lara Jacobs, Nadège Olela Kibushi, et Nathalie Legrand nous aident à organiser cette journée. Lara, Nadège et Nathalie vont rester dans le comité après l’organisation de la journée dans leur centre.
    Lors de la journée scientifique, l’AsPeCaF introduit une après-midi d’échanges en petits groupes : les tables rondes permettent de discuter entre paramédicaux sur une thématique définie à l’avance. Ces échanges de pratiques entre les différents centres sont retranscrits et publiés au même titre que les exposés. Ce changement de rythme dans le programme de la journée répond à une demande de nos membres qui souhaitaient plus d’espaces de discussions.

  • 2011
    DSC_0057-1024x680

    Des départs marquants et une participation record

    En 2011, une participation estudiantine exceptionnelle fait atteindre à notre journée scientifique des records de participation : 140 inscrits. Cependant, si nous apprécions l’ouverture à des professionnels hors de notre domaine de spécialisation, nous nous rendons bien compte de la difficulté de combiner enseignement et formation permanente dans la même session. Le comité décidera de restreindre l’accès des journées scientifiques au personnel travaillant déjà en salle de cathétérisme – ou secteurs associés. Après la journée de 2011, les étudiants ne seront acceptés uniquement s’ils témoignent d’un intérêt manifeste pour le cathétérisme (travail de fin d’études par exemple). L’année 2011 voit également le départ de notre vice-président André Michiels qui quitte le comité de l’association pour s’orienter vers d’autres projets. André était un formateur hors pair et un communiquant exceptionnel. Il a beaucoup apporté à notre association. Parallèlement au départ d’André, un autre membre décide de quitter le comité pour se concentrer sur sa famille et d’autres activités: Godefroy Pérot était le chantre de l’humour et des calembours, il nous a épaulé avec brio pendant de nombreuses années !

  • 2011 - 2013

    Le travail en tandem avec la VCV pour la reconnaissance

    Depuis 2011, l’AsPeCaF a également renoué les liens avec son association soeur néérlandophone belge : la VCV. Les deux associations mènent de front un combat de taille : la reconnaissance des spécificités du personnel de cathétérisme par les autorités belges. Plusieurs membres de la VCV ont participé à notre journée scientifique à Gilly, et des réunions régulières entre les deux associations ont eu lieu pendant deux ans. L’année 2012 voit un changement législatif important pour les salles de cathétérisme en Belgique avec l’apparition de nouvelles normes d’agrement pour les salles de cathétérisme. Après le moratoire de 2004 et la fermeture de plusieurs centres, on peut espérer voir de nouveaux regroupements pour les salles de cathétérisme belges et voir l’accès à la dilatation coronaire (le « B2 ») pour certains centres qui n’en disposaient pas encore. Ces changements législatifs ne seront pas les seuls ! Ils seront suivis en décembre 2013 par l’agrément des techologues en imagerie médicale (principalement en radiologie et en médecine nucléaire cependant), et en mars 2014 par la possibilité pour les infirmiers de cathétérisme d’obtenir le titre d’infirmier spécialisé en soins péri-opératoires. Cette dernière avancée législative est le fruit du travail de l’AsPeCaF et de la VCV auprès du SPF Santé Publique belge. Elle ne tient cependant pas compte de l’aspect multi-professionnel de nos professions en cathlab, ni même de l’aspect « imagerie médicale », « cardiologie » ou « neurologie » de nos espaces de travail. Le travail pour la reconnaissance de nos professions n’est donc pas terminé !

  • 2013
    bandeau2013-20141

    Le vingtième anniversaire : deux années de jubilé

    L’année 2013 entame les festivités du vingtième anniversaire de l’association ! Le jubilé se déroule sur 2 ans, avec le 20ème anniversaire célébré lors de la journée à Libramont, et le 20ème congrès célébré à Luxembourg lors de la 21ème année de l’assocation, à l’endroit même ou nous avions organisé la 1ère journée.

  • 2014-2015
    20131116-1454-P1090682

    Une page se tourne : de nouveaux départs dans le comité

    Juste après le jubilé du 20ème anniversaire, les pionniers fondateurs de l’association arrivent à l’âge de la retraite et quittent progressivement la direction de l’asbl. En 2014, c’est notre fidèle secrétaire Marc Brisaer qui part le premier à la retraite, après avoir tenu son poste pendant 17 ans ! Depuis le début de l’association, Marc assurait notre secrétariat, et était donc le lien entre tous et le coordinateur de l’organisation de nos journées. Il a vécu les inscriptions par fax, téléphone avant l’arrivée des inscriptions par Internet. Il a été un organisateur hors pair, et en photographe amateur, il était souvent derrière l’objectif pour immortaliser nos journées. Marc a longtemps été secondé par Liliane Depré, puis par son épouse Nadine Colin qui ont toutes les deux quitté l’association quelques années avant lui. En, 2015 c’est au tour de Charline Collet, également présente depuis les débuts de l’association, d’accèder à la retraite après une belle carrière en salle de cathétérisme.
    L’AsPeCaF avait anticipé ces départs puisqu’entre 2008 et 2010, plus de 6 personnes ont rejoint le comité.

  • 2016
    slide-4-1024x420

    Ouverture de nouveaux cathlab's en Belgique

    2016 voit l’ouverture de nouvelles salles de cathétérisme en Belgique, suite à la scission du « B2 » votée en 2012. Cela fait grossir le rang des nouveaux arrivants permis nos participants.

  • 2017-2018

    IF-IC et ses incertitudes

    En 2017, les syndicats et les patrons du secteur des soins de santé fédéraux se mettent d’accord pour une nouvelle grille de salaire dans les hôpitaux privés. Ils créent l’institut IF-IC qui va classifier les fonctions des hôpitaux et y joindre une grille salariale. Le projet est ambitieux mais sa concrétisation crée beaucoup d’incertitudes. En liant le salaire à la fonction, et non pas aux compétences, les patrons et les syndicats mettent les professions de santé au rabais. Les infirmiers spécialisés ou ceux qui se sont formés pour obtenir des qualifications particulières – ce qui est le cas pour le personnel des cathlab’s – sont délaissés. Ils sont assimilés au bon vouloir des institution aux infirmiers de bloc opératoire ou à ceux de consultations. Pas de reconnaissance pour les démarches de formation, pas de place pour les technologues, c’est est trop pour notre association qui introduira un recours contre la non-classification de nos professions. D’autres associations infirmières se battent aussi contre IF-IC. En 2019, l’AsPeCaF sera entendue par l’institut. Nous suivons ce dossier de près.


  • 2020

    La suite de l'histoire s'écrit avec vous...

    L’AsPeCaF se construit chaque jour avec ses membres… pour vous et avec vous ! N’hésitez donc pas à nous donner un feedback sur ce que vous souhaitez que l’AsPeCaF soit pour vous !

Jusqu'à nos jours